Tag: plp besançon

guide syndical

guide_syndical_enseignants_couv

Télécharger le guide Lire la suite

Géraldine Révy : cgteducactionjura[at]gmail.com

    Votre nom (obligatoire)

    Votre email (obligatoire)

    Votre numéro de téléphone

    Sujet (obligatoire)

    Votre message

    code de sécurité:captcha

    Veuillez saisir le code ci-dessus :

    Déclaration des élu-e-s CGT Educ’Action à la CAPA promotion d’échelon des PLP

    Cette CAPA de promotion d’échelons s’ouvre dans un contexte économique tendu et un budget de rigueur qui affecte particulièrement les fonctionnaires.

    Pour les personnels enseignants, rien ne change, 2014 sera à l’identique de 2013, de 2012, de 2011…: aucune revalorisation envisagée alors que l’augmentation programmée des cotisations retraite va continuer d’amputer substantiellement le pouvoir d’achat des personnels.

    En octobre 2013, le point d’indice avait déjà perdu 15% par rapport à l’inflation depuis janvier 2000 !

    Rappelons que le revenu des enseignants français est l’un des plus faibles d’Europe et que le traitement en début de carrière n’est plus corrélé au niveau d’études et de professionnalisation aujourd’hui exigé pour enseigner.

    Nous, élus de la CGT Éduc’action, pouvons témoigner du quotidien de plus en plus difficile de personnels qui n’arrivent plus à boucler leur budget face aux dépenses incompressibles que sont les frais de déplacement et de logement. Vous profitez d’ailleurs de cette situation pour augmenter le nombre des heures supplémentaires qui pallient en partie les insuffisances salariales au détriment de la qualité des cours, de la santé des personnels, de leur temps de loisirs et de leur vie familiale. La prévision pour le Rentrée 2014 d’un crédit de 13 ETP uniquement en heures supplémentaires confirme la poursuite de cette orientation que nous jugeons néfaste.
    Le seul espoir pour les enseignants de voir augmenter leur salaire passe encore et toujours par une promotion d’échelon.
    Ce système injuste de promotion n’a pour but que de permettre à l’Etat de faire des économies en divisant les personnels et en laissant croire que certains sont « meilleurs » et sont « récompensés » alors que les collègues dans leur quasi-totalité font consciencieusement leur travail.

    La CGT Éduc’action réaffirme son attachement à la qualification collective des personnels, au traitement équitable des carrières et s’oppose à une méritocratie infantilisante, source de division et de rancoeur et de souffrance pour les personnels.
    De surcroît, nous dénonçons l’inégalité de traitement des personnels selon la discipline enseignée. Afin de rétablir l’équité de traitement, nous demandons d’une part l’attribution de la note moyenne d’inspection pour les personnes non inspectées dans une discipline au bout de 3 ans. D’autre part, nous revendiquons la mise en place sous contrôle de la CAPA d’une harmonisation des barèmes interdisciplinaires pour garantir une moyenne identique par échelon sur l’ensemble des disciplines.

    La CGT Éduc’Action demande que les reliquats puissent bénéficier exclusivement à nos collègues promouvables au 11ème échelon. Ainsi pourront-ils bénéficier d’un départ en retraite avec un calcul de leur pension basé sur l’indice terminal de leur grade.

    Pour la CGT Éduc’action, l’égalité femmes/hommes est un enjeu important. Les statistiques du ministère montrent que l’indice moyen des femmes est inférieur à celui des hommes quelle que soit la catégorie des personnels.
    Ces inégalités doivent cesser au plus tôt, il est donc impératif que le rectorat se dote d’outils et indicateurs pour les mesurer précisément afin de réduire les effets de cette discrimination.

    La CGT Éduc’action revendique la suppression de la hors classe et l’élaboration d’une carrière basée sur 30 années pour tous comportant 14 échelons dont les premiers seraient accélérés.

    Enfin la CGT Éduc’action demande une refonte des grilles de salaires et une revalorisation du point d’indice afin de retrouver un pouvoir d’achat permettant aux enseignants et à leur famille de vivre dignement. A ce propos, la CGT Éduc’action demande que le Rectorat informe la CAPA du nombre de personnel concerné par la GIPA depuis 2011 et s’étonne qu’aucune information n’ait été diffusé aux personnels sur cette mesure de rattrapage.