Quand les vieilles recettes fabriquent les mêmes catastrophes

Journée de grève et d’action le 4 février 2021

La gestion de la crise sanitaire et ses conséquences n’en finissent pas de plonger la population dans le désarroi. Cette situation est accentuée par des années de politiques d’austérité aux conséquences sociales désastreuses.

Pourtant pas de changement de cap gouvernemental et une seule volonté affichée : soutenir les entreprises avec les millions du plan de relance et rien pour les salarié·es.

La pandémie n’a pas modifié le capitalisme, elle le conforte : plans de suppressions d’emplois, multiplication de fermetures d’entreprises ou restructurations, réduction des services publics… Le tout soutenu par les dispositions de la Loi Travail.

Le gouvernement n’est pas avare de belles paroles à l’égard des agent·es de la Fonction publique, dévoué·es face à la crise sanitaire. Mais aucune reconnaissance salariale.

Il compromet aussi l’avenir et abime la jeunesse. 47 % des jeunes s’inquiètent pour leur emploi, plus de 20% sont au chômage et la précarité explose. Le gouvernement est responsable de cette situation en refusant de recruter des enseignant·es-chercheur·euses pour multiplier les dédoublements à l’université. Cela permettrait de maintenir un lien physique et social pour sauver ces étudiant·es de la détresse.

Il y a urgence. Exigeons une autre politique qui réponde aux besoins de toutes et tous, « quoiqu’il en coûte ».

Lire la suite et télécharger le tract au format PDF

Motion de soutien du Conseil National de l’Union
de la CGT Educ’action

La CGT Educ’action est alarmée par la multiplication des arrestations et avis d’expulsion (Obligation de Quitter le Territoire Français) de nos élèves scolarisés et de leurs familles.

Dans la période on aurait pu espérer que les priorités des préfectures, guidées par le gouvernement, seraient ailleurs. Il est indigne d’ajouter de l’angoisse et de la précarité à des jeunes qui sont déjà dans une grande souffrance et dans la précarité au quotidien.
Nous appelons à soutenir toutes les initiatives locales (pétitions, rassemblements et autres actions) pour empêcher cette dérive.

La CGT Educ’action demande avec le Réseau Education Sans frontière, la régularisation des familles d’enfants et de jeunes scolarisés, ainsi que celle des jeunes majeur-e-s isolé-e-s scolarisés.

Montreuil, le vendredi 22 janvier 2021.

Télécharger le tract au format PDF

Le Ministre doit répondre aux revendications des AED

Publication : 13 janvier 2021 Mis à jour : 13 janvier 2021

 

Le Ministre doit répondre aux revendications des AED

La journée de grève des AED du 1er décembre a été incontestablement un succès.

Les services de vie scolaire, en première ligne depuis le début de la pandémie pour l’application du protocole sanitaire, sont au bord de l’implosion. Au-delà de la période de crise sanitaire, ces services sont largement sous-dotés et les conditions d’exercice des personnels AED sont inacceptables : des contrats d’un an renouvelable dans une limite de 6 ans, temps partiels parfois imposés, salaires largement insuffisants, temps de formation insuffisant.

Il est temps d’exiger pour ces personnels une amélioration des conditions de travail (diminution du temps de travail, créations de postes supplémentaires, augmentation du temps de formation), une augmentation de salaire, et de vraies perspectives d’avenir, versement des primes REP et REP+.

Dans le cadre du Grenelle, ces personnels ont été complètement ignorés et aucune revalorisation n’est pour l’instant planifiée.

Pour toutes ces raisons, les collectifs AED appellent à une nouvelle journée d’action et de grève le 19 janvier 2021, un préavis de grève a été déposé.

Les organisations syndicales CGT Éduc’action, SNES-FSU, SNALC, FNEC FP-FO, SUD-Éducation soutiennent la journée d’action et de grève du 19 janvier 2021 des personnels AED

Elles les appellent à se réunir et préparer activement la journée de grève dans l’Éducation du 26 janvier, afin d’exiger des conditions de travail dignes, des postes supplémentaires, une augmentation des rémunérations, l’accès à un plan de formation initiale et continue.

Montreuil, le 13 janvier 2021 

Télécharger le tract au format PDF

L’Éducation nationale prise pour cible

L'Éducation antionale prise pour cible : Toutes et tous en grève le 26 janvier

LETTRE DE BLANQUER AUX PLP : ENTRE SATISFECIT ET AVEUGLEMENT

Publication : 17 décembre 2020 Mis à jour : 17 décembre 2020

 

LETTRE DE BLANQUER AUX PLP : ENTRE SATISFECIT ET AVEUGLEMENT

Jean-Michel Blanquer vient d’adresser une lettre à l’ensemble des PLP. Il commence par les remercier pour leur dévouement et finit par laisser entrevoir pour les plus méritants, des reconnaissances qu’il renvoie aux propositions issues du Grenelle. Sinon, tout va pour le mieux dans le meilleur des lycées professionnels possibles, grâce à la « réussite » que constitue sa transformation de la voie professionnelle. Ce n’est pas ce que disent nos collègues PLP !  Entre satisfecit et aveuglement, la prose du ministre témoigne de sa méconnaissance totale de la réalité quotidienne que vivent les lycées professionnels depuis mars 2020.

Lire la suite : LETTRE DE BLANQUER AUX PLP : ENTRE SATISFECIT ET AVEUGLEMENT

Mobilisons-nous pour nos salaires, pour nos conditions de travail, pour les postes

Publication : 5 décembre 2020 Mis à jour : 10 décembre 2020

Mobilisons-nous pour nos salaires, pour nos conditions de travail, pour les postes :

exigeons la revalorisation et un autre budget pour l’Education !

Tout nous conduit à l’exigence de plus d’éducation pour tous les jeunes dans un contexte où les inégalités continuent à se creuser et où les réformes menées par le ministre les aggravent. Or, le Parlement a adopté un budget qui est loin de traduire l’ambition éducative dont notre pays a besoin. En effet, il ne prend pas la mesure de l’augmentation des effectifs, de la situation sanitaire qui impose particulièrement des mesures pour faire baisser les effectifs d’élèves par classe à court et moyen terme et de l’état de fatigue des personnels, épuisés par des années de dégradation des conditions de travail.

Lire la suite

Lycées Généraux & Technologiques 24 élèves maximum par classe Une nécessité !

Publication : 10 décembre 2020 Mis à jour : 10 décembre 2020

Des raisons sanitaires

Cette année, plus encore qu’auparavant, nos classes débordent, 35 élèves… parfois 36 ou plus. Dans le contexte d’épidémie que nous connaissons, ce n’est pas acceptable ! Comment entendre qu’on refuse des réunions à plus de 10 personnes mais qu’on laisse s’entasser 36 individus dans un environnement exigu et des salles parfois inadaptées… S’y rajoute la réforme du lycée qui fait éclater les groupes classes, multipliant les brassages. Il est urgent de retrouver plus d’espace dans nos classes ! Il est temps d’exiger des locaux permettant de travailler dans de bonnes conditions et une vraie vie lycéenne.

Lire la suite : Lycées Généraux et Technologiques 24 élèves maximum par classe Une nécessité !

ÉDUCATION PRIORITAIRE

Il y a urgence pour une autre politique
Donnons plus à celles et ceux qui ont le moins

Pourquoi le projet Elimas veut liquider l’Éducation prioritaire ?

À chaque réforme, on nous explique que l’Éducation prioritaire ne remplirait pas sa mission : difficultés et inégalités qui perdurent, étiquette « stigmatisante » créant fuite des élèves les moins en difficultés et une ghettoïsation, multiplicité des labels non lisibles…

Au prétexte que la carte des réseaux actuelle oublie les LP, les zones rurales défavorisées et les écoles isolées, une expérimentation dans les académies d’Aix‐Marseille, Lille et Nantes va créer des « contrats passés entre les établissements et les rectorats sur la base de leur projet ». Selon la secrétaire d’État à l’Éduc prio, il y aura un « cadrage et une grille d’indicateurs nationaux ». Or , instaurer un cadre national avec des indicateurs (lesquels ?) et attribuer des moyens locaux par « projet », c’est incompatible.

Lire la suite du tract et télécharger leau format PDF.

Télétravail : un rendez-vous manqué

Personnels de Vie scolaire sous tension ! Mobilisation le 1er décembre

Publication : 24 novembre 2020 Mis à jour : 25 novembre 2020

Personnels de Vie scolaire sous tension !

Depuis le début de la crise, les services de Vie scolaire sont en surchauffe et travaillent sous tension permanente. Les établissements scolaires sont des lieux de contamination comme les autres. Ainsi, entre la gestion des absences des élèves en augmentation dans la période, l’application du protocole pour la demi-pension et les internats, les équipes sont au bord de l’épuisement. Il est temps de dire Stop !

La CGT Éduc’action appelle à une journée
« Vie Scolaire morte ».
Toutes et tous en grève le 1er décembre !!

 Télécharger le tract au format PDF

 Retrouver l’appel intersyndicale de soutien à toutes les actions