Construire la mobilisation pour gangner

Mouvement 2024

Lire la suite

École privée, séparatisme scolaire et social…ça suffit !

Communiqué de presse CGT Éduc’action

Montreuil, 22 janvier 2024

Communiqué de presse CGT Éduc’action

En seulement quelques jours à la tête du très conséquent ministère de l’Éducation nationale, de la jeunesse et du sport, la ministre Oudéa-Castera a réussi l’exploit d’enchainer assez de controverses pour faire prendre conscience au grand public du poids de l’École privée dans le système éducatif français, de son rôle dans le creusement des inégalités et le contournement du système par les « élites » afin de préserver la reproduction sociale.

Sa nomination montre une nouvelle fois qu’on peut être ministre de l’Éducation nationale tout en faisant le choix d’une scolarité dans l’enseignement privé. Ce choix personnel caractérise le fait que pour les familles les plus favorisées, le service d’éducation public n’est pas assez bien (même dans les quartiers parisiens privilégiés) pour elles. Rien ne remplace l’enseignement privé, même si les établissements choisis sont parmi les plus réactionnaires (brutalité, sexisme, enseignement religieux imposé…) et élitistes. En refusant le système et ses règles (écoles de secteur, Parcoursup…), en usant d’excuses fallacieuses, en soutenant un établissement jugé hors la loi par son propre ministère et en pointant du doigt l’Éducation nationale et ses personnels, la ministre se fait la porte-drapeau d’un séparatisme social et scolaire assumé de la part des classes dirigeantes. Impensable et inacceptable alors qu’elle est la garante de l’Institution et des valeurs d’égalité que celle-ci doit porter. C’est également le reniement le plus complet de l’engagement pris par son prédécesseur Ndiaye en matière de mixité, mais aussi la marque de fabrique d’un gouvernement assumant clairement de liquider les Services publics et d’ancrer l’École du tri pour optimiser la reproduction sociale des plus favorisé·es.

Pour la CGT Éduc’action, l’affaire Oudéa-Castera rappelle à tout le monde que l’opposition École publique-École privée existe toujours au détriment de la première. Contournement de la carte scolaire, faiblesse de la mixité sociale, inégalités scolaires… le tout généré et alimenté par un très important financement public (75% provenant de l’État et des collectivités territoriales) instauré par la loi Debré. L’État a donc lui-même mis en place une concurrence déloyale dont profitent ses plus hauts responsables. En introduisant la scolarisation obligatoire dès 3 ans sans remettre en cause la prise en charge des dépenses de fonctionnement du privé par les collectivités territoriales, la loi Blanquer a renforcé cette inégalité et le « détournement » des fonds publics vers le privé. À l’heure où l’enseignement public a besoin de moyens pour recruter et former ses personnels, pour équiper correctement ses écoles-établissements-services et appréhender la transition écologique, pour augmenter ses personnels, pour lutter efficacement contre le séparatisme social et scolaire, pour garantir un grand service public d’Éducation nationale unifié, laïque et gratuit (porteur de cohésion sociale), la CGT Éduc’action exige la nationalisation de l’enseignement privé et l’abrogation de la loi Debré. Elle exige également le réengagement financier de l’État et une augmentation significative de la part du PIB allouée à l’École avec un seul mot d’ordre : fonds publics pour École publique.

Appel à la grève le 1er février

TOUS EN GRÈVE LE 12 DECEMBRE

Venez nombreux au Forum organisé…

À la maison du peuple

11 rue Battant

Besançon

1er étage- salle DAVID

Rendez-vous à partir de 9h30

Conférence de presse à 11h30

Covoiturage possible et souhaitable, en envoyant un mail à vos syndicats :

besancon@cgteduc.fr

snetaabes@orange.fr

sa.besancon@snuep.fr

Les évaluations à l’école c’est toujours non !

Communiqué intersyndical

À l’initiative du Conseil d’Évaluation de l’École, instance créée par la loi « pour une École de la confiance », les autorités académiques imposent aux personnels les évaluations d’école, composées d’une auto- évaluation que doivent mettre en œuvre les équipes, et d’une « évaluation externe », qui peut parfois s’apparenter à un véritable audit, menée par des groupes d’évaluateurs constitués par les DSDEN.

Au moment où les conditions de travail sont dégradées comme jamais et principalement par le manque de personnels, notamment dans le remplacement, dans les RASED ou dans l’accompagnement des élèves en situation de handicap, et alors que le ministre prévoit 1709 nouvelles suppressions de postes d’enseignantes et enseignants du 1er degré à la rentrée 2024, comment peut-on demander aux personnels de « s’auto- évaluer » ?

Lire la suite

#Touche Pas à Mon Lycée Pro

Le Lycée Professionnel Tristan Bernard en sursis !

Le 4 mai 2023, le président de la République a annoncé une nouvelle réforme de la
voie professionnelle qui a fait l’effet d’une bombe.
Cette annonce a choqué la communauté éducative du L.P Tristan Bernard.
Cette réforme se traduirait dans l’établissement par la fermeture des filières
tertiaires : accueil, commerce, vente, gestion administration.
Si les décisions sont actées, 80% des formations de notre lycée seraient fermées.
Les élèves qui envisageaient une poursuite d’étude dans le tertiaire n’auraient plus
de lycée à proximité pour les accueillir.
Les élèves n’ayant pas accès aux voies générales devront partir de force dans les
filières de l’industrie.
L’orientation d’un adolescent du secteur de Besançon, comme ailleurs serait faite par
des choix politiques.
Nous n’acceptons pas ce choix radical.
Nous n’acceptons pas ce plan social pour la communauté éducative.
Le fait d’enseigner en lycée professionnel est un véritable choix de carrière.
Une reconversion en collège ou comme professeur des écoles ne s’improvise pas.
Quel manque de respect, pour la formation de chacun d’entre nous.
Ce mépris affiché, nous oblige à réagir.
Nous serons en grève le mardi 6 juin 2023 à l’appel de l’intersyndicale de la voie
professionnelle.

Décision de l’AG du 30 mai 2023
Lycée professionnel T. Bernard

Connaître ses droits pour les faire respecter

Publication : 20 octobre 2021 Mis à jour : 15 novembre 2021

Connaître ses droits

pour les faire respecter 

 Les assistant∙es d’éducation ne veulent pas être des pion∙nes !

  • Marre de ne pas être entendu·es et d’être méprisé·es !
  • Marre d’être corvéables !
  • Marre d’être sous payé·es !
  • Marre d’être révocables à merci !
Lire la suite

Suites du Grenelle de l’Éducation : si peu et si dangereux.

Publication : 19 juin 2021 Mis à jour : 21 juin 2021

Suites du Grenelle de l’Éducation : si peu et si dangereux.

À l’issue du Grenelle de l’Éducation, le ministre Blanquer a défini 12 mesures dont la mise en œuvre est annoncée « avant janvier 2022 ». Il s’agit de relancer « l’agenda social » avec les organisations syndicales et les premiers groupes de travail ont débuté depuis quelques jours.

Pour l’heure, peu de choses concrètes avancées par le ministère, mais surtout quelques propositions jugées dangereuses ou inacceptables par la CGT Éduc’action. Rien d’étonnant puisque nous avions prédit ce scénario depuis de nombreux mois.

Le principal chantier concerne la question des revalorisations salariales que le ministre qualifie d’historiques. Pour la CGT Éduc’action, rien de révolutionnaire puisqu’il ne s’engage plus sur une loi de programmation pluriannuelle et qu’aucun plan d’urgence, que nous revendiquons depuis de nombreux mois pour améliorer les conditions de travail et d’étude dans l’Éducation nationale, n’est discuté.

Lire la suite

Les élèves de la voie professionnelle passent leur Bac aussi !

Publication : 16 juin 2021 Mis à jour : 17 juin 2021

Les élèves de la voie professionnelle passent leur Bac aussi !  

Cette année encore, les médias nationaux ne parlent que de l’épreuve de philosophie des élèves de la voie générale et technologique. Pourtant, environ un tiers des lycéen·nes ont déjà commencé leurs épreuves la veille. En effet, mercredi 16 juin, les candidat·es au Bac professionnel ont passé leur épreuve de lettres et d’histoire-géographie. Le silence  sur ces épreuves est symptomatique de la place de la voie professionnelle dans le système éducatif français.

Lire la suite

Collège du monde d’après Pire que celui d’avant ?

Publication : 9 juin 2021 Mis à jour : 10 juin 2021

Collège du monde d’après

 
Pire que celui d’avant ?

Une année scolaire complète perturbée par la crise sanitaire et quinze mois après le premier confinement, où en est-on dans les collèges ? La doxa blanquerienne du « tout va bien » s’est fracassée sur l’écueil de la réalité, aucune leçon n’a été réellement tirée des multiples rebondissements liés au COVID et les équipes ont été livrées à elles-mêmes pour faire face aux décisions erratiques du gouvernement

Dire tout dans les médias et imposer son contraire le lendemain, sans aucune concertation bien sûr, a usé les équipes, qui se sont senties de plus méprisées par des pinaillages pour obtenir les protections sanitaires nécessaires, à l’image de la vraie-fausse priorité pour la vaccination.

 Lire la suite du tract au format PDF